débat - conférence

Programme du cycle de conférences 2023-2024 de l’Université Populaire d’Évreux

  • Le vendredi 31 mai, à 18h30 : La paix par la sécurité collective depuis le XXème siècle : une mission impossible ?
    1ère partie : L’émergence du concept de sécurité collective et l’échec de la SDN (1920-1945)

Les sociétés humaines ayant vécu de tous temps « à l’ombre de la guerre » (Raymond Aron), l’aspiration à la paix a été universelle et permanente. Pendant plusieurs siècles la paix a été précaire, car résultant de rapports de force fluctuants entre Etats, même dans le cadre d’un système international tendant vers un équilibre entre grandes puissances institué par le système westphalien (1648) et renouvelé par le concert des nations mis en place par le Congrès de Vienne (1814-1815) à l’issue des guerres napoléoniennes. Au cours des XVIIIème et XIXème siècles, la persistance des guerres a donc activé la réflexion pour aboutir à une paix durable grâce à l’essor du multilatéralisme et à l’émergence du concept de sécurité collective, à savoir la garantie collective d’indépendance et d’intégrité territoriale donnée à chaque Etat par tous les autres. Le bilan humain et matériel inédit de la 1ère Guerre mondiale a poussé les puissances victorieuses à créer une organisation internationale chargée de préserver la paix mondiale, la Société des Nations (SDN), dont l’échec politique fut patent puisque, 20 ans après sa création, elle ne put empêcher la survenue de la 2ème Guerre mondiale, mais dont l’œuvre technique, juste amorcée, fut prometteuse.

  • Le vendredi 7 juin, à 18h30 : La paix par la sécurité collective depuis le XXème siècle : une mission impossible ?
    2ème partie : L’ONU (depuis 1945) : réalisations, insuffisances et perspectives

Après le désastre de la 2ème Guerre mondiale, les puissances victorieuses de l’Axe ont remplacé la SDN par l’Organisation des Nations unies (ONU), reposant sur le même principe de sécurité collective mais dotée de structures plus robustes que celles de sa devancière. Agissant dans des contextes diplomatiques fluctuants depuis 1945, le bilan politique de l’ONU a été globalement médiocre puisque les guerres n’ont jamais cessé et que le droit international a souvent été bafoué, mais son action technique a été très importante bien que moins connue. Depuis la fin du XXème siècle, pour prendre en compte une vision élargie de la paix et de nouvelles formes de guerre, le concept de sécurité collective a trouvé une extension dans celui de sécurité humaine, qui envisage la sécurité non plus seulement dans sa dimension politique et interétatique mais aussi sous un angle économique, social et culturel et dans un cadre intra-étatique. Dans le même temps, face au désordre mondial qui caractérise le premier quart du XXIème siècle, l’ONU doit retrouver vigueur pour pouvoir jouer un rôle central dans une gouvernance mondiale qui doit absolument gagner en efficacité.

Restons en contact

Inscrivez-vous à la lettre d’information

Vous avez une question ? Besoin d’un renseignement ? N’hésitez pas à nous contacter.