Construction du XIXe siècle, le Pavillon fleuri est un bâtiment chargé d’histoire. Aujourd’hui, il accueille la Direction de la Culture, le Fonds patrimonial ancien, l’atelier de reliure, la Documentation et le Service du Commerce et de l’Artisanat. Mais son passé a été bien mouvementé…

Le bâtiment a été construit en 1867 par Hégésippe Bourdon, peut-être pour en faire une bourse du commerce. En 1885, ses héritiers le vendaient à Urbain-Henri Cordier, ingénieur des ponts et chaussées qui y vécut jusqu’en 1912. La Ville d’Evreux l’acheta alors grâce à un legs pour en faire une annexe du musée avec la maison dite du Grand Veneur qui se trouvait entre les deux constructions. Un souterrain devait les relier. Mais l’autorisation ministérielle tarda et la Première Guerre mondiale mit fin aux projets. Pendant les hostilités, la mairie confia le bâtiment aux œuvres charitables qui le transformèrent en Foyer du soldat (voir photo). Après la guerre, il ne trouva pas d’affectation précise. Quant à la maison du Grand Veneur, menacée de ruines, elle fut carrément rasée. C’est alors que l’immeuble changea totalement de destination. En 1927, un patissier-confiseur, Lucien-Gustave Martin acheta la propriété Cordier et la transforma en salle de bal et de banquets. Il lui donna alors le nom de Pavillon fleuri. Le commerçant créa la grande salle de danse avec sa galerie, espace qui rassemble aujourd’hui les ouvrages du Fonds ancien. Le premier étage était occupé par son logement, le sous-sol par les cuisines et les communs.

A usage de bibliothèque

Dirigée par le bibliothécaire, Auguste Lambert, la bibliothèque d’Evreux était installée depuis 1885 à l’hôtel de ville dans un local, lequel se révéla rapidement trop exigu. En septembre 1936, la Ville, profitant d’une opportunité, récupérait le Pavillon fleuri pour y transférer la bibliothèque municipale. Cet aménagement n’a pas été des plus faciles. La salle de danse et sa galerie étaient transformées en magasins ainsi que les sous-sols. Les trois salles en façade servirent respectivement de gauche à droite de salles de travail, de prêt, de bureau pour le Conservateur. Pendant la Seconde guerre mondiale, le Pavillon fleuri était miraculeusement épargné par les bombardements de 1940 et 1944 sur Evreux. Les époux Baudot y résidaient : Anne-Marie étant bibliothécaire et son mari, Marcel, archiviste départemental. Sous leur houlette, le lieu devint l’un des sites de la Résistance pour le département.

La période d’après-guerre fut plus calme sauf que la bibliothèque saturait rapidement entre ses murs. Les études étaient lancées en 1986 pour la construction d’un nouveau bâtiment – la médiathèque – lequel, construit par l’architecte Paul Chemetov, sera inauguré en 1995. Pour le Pavillon fleuri, une page se tourne…

Restons en contact

Inscrivez-vous à la lettre d’information pour resté informé(e) de notre actualité

Vous avez une question ? Besoin d’un renseignement ? N’hésitez pas à nous contacter.