capture d'écran de la vidéo

Suite aux émeutes qui ont lieu lieu dans la nuit du 13 au 14 juillet dans les quartier de La Madeleine, Nétreville et Navarre, Guy Lefrand, maire d’Évreux a rencontré la presse ce mercredi 15 juillet 2020.  

Face à la presse rencontrée à La Madeleine ce mercredi 15 juillet suite aux émeutes de la nuit du 13 au 14 juillet, j’ai réclamé que la Police nationale retrouve les dizaines de postes perdus ces dernières années. En tant que maire je m’engage à renforcer les moyens dédiés à la sécurité des Ébroïciens. Avec la création d’une brigade de nuit de la Police municipale et la création de postes de médiateurs notamment.

Les Ébroïciens sont très choqués par les émeutes intervenues dans la nuit de lundi à mardi dans trois quartiers d’Évreux.

Je remercie la gendarmerie mobile, la police nationale et la police municipale qui ont permis d’endiguer la centaine d’émeutiers animés par la haine et la volonté de détruire, casser, incendier mais aussi de mettre en péril la vie même des représentants de l’ordre.

Je remercie monsieur le préfet de l’Eure qui a mobilisé à Évreux des moyens en amont – suite à notre requête – pour faire face aux émeutiers.

Face à ces émeutiers, souvent jeunes voire très jeunes, et des adultes impliqués, notre détermination à les voir sanctionnés est sans faille. La transmission des images de nos caméras de vidéo-surveillance aidera la police et la justice à accomplir leur tâche pour identifier et punir les auteurs de ces violences volontaires.

En tant que maire, j’entends assumer mes responsabilités et poursuivre le déploiement de moyens dédiés à la sécurité comme je l’ai fait depuis 2014 : avec le doublement des effectifs de police ou encore avec le renforcement de la vidéo surveillance. Depuis six ans, le nombre de caméra est passé de 12 à 69 actuellement.

Je vais poursuivre cet effort avec la création d’une brigade de nuit de la police municipale.

Concernant la médiation, aucun poste n’existait en 2014 quand je suis arrivé à la tête de la municipalité. Six postes sont en cours de création, avec des médiateurs de terrain aux profils variés, des hommes et femmes qui développeront un travail de prévention que j’estime absolument nécessaire.

À l’État, je réclame des moyens supplémentaires et notamment que soient pourvus les 30 voire 40 postes de fonctionnaires de police vacants dans l’Eure depuis des années. Car les moyens font défaut à notre police nationale. Je plaide aussi pour le retour de la police de proximité.

Je crois aussi que la politique du logement a sa part dans la prévention de la délinquance en développant une politique de peuplement qui parie sur la mixité.

Je suis aussi profondément convaincu que le coup de semonce que représentent ces émeutes, doit nous inviter à prendre à bras le corps la question de l’éducation. Cet enjeu majeur et prioritaire est l’affaire d’un très grands nombre d’acteurs : associations, Ville, services sociaux, Éducation nationale… et bien-sûr elle est d’abord de la responsabilité des parents qui doivent pouvoir bénéficier d’une aide à la parentalité en cas de besoin.

Ces émeutes et leur cortège de dégradations et de blessés – huit blessés chez les forces de l’ordre – doivent aussi nous interroger sur le recul du civisme, de la citoyenneté et sur les autres causes profondes qui agitent notre société et suscitent de tels débordements. Il en va de notre responsabilité.

Guy Lefrand, maire d’Evreux

Restons en contact

Inscrivez-vous à la lettre d’information

Vous avez une question ? Besoin d’un renseignement ? N’hésitez pas à nous contacter.