Chenilles processionnaires

Avec le réchauffement climatique, la chenille processionnaire, d’origine méditerranéenne, se répand de plus en plus dans nos parcs et jardins, et représente un certain risque pour les humains comme pour les animaux, car ses petits poils urticants peuvent générer des réactions allergiques, parfois graves.

Au printemps, la chenille quitte son nid et son arbre pour aller s’enfouir à quelques centimètres sous terre. En juin, elle sort de son cocon situé sous terre pour se transformer en papillon de nuit, qui vit entre 24 et 48 heures. Il n’y a donc pas de chenilles processionnaires en tant que telles sur le domaine de Trangis pendant le Village du sport et de la culture qui commence mi-juillet.

Cependant, des résidus de nids, de poils urticants ou de cocons peuvent subsister sur les chênes de la forêt de Trangis et sur le sol.

C’est pourquoi, nous recommandons de ne pas toucher les arbres de la forêt et de ne rien ramasser au sol.

Restons en contact

Inscrivez-vous à la lettre d’information

Vous avez une question ? Besoin d’un renseignement ? N’hésitez pas à nous contacter.